Clothes Line

BOULES DE LAVAGE

Que valent les boules de lavage ?

"Clash investigation"

Les boules de lavage

SOMMAIRE

INTRODUCTION

En ce moment, elles ont une place d’or sur les réseaux sociaux. On leur vente des propriétés écologiques incroyables, grâce à elles aucune lessive naturelle ou industrielle n’est déversée dans les eaux usées, le plastique qui les entoure serait fabriqué en matière totalement recyclée donc aucune production polluante déversée dans l’environnement, les billes de céramique à l’intérieur élimineraient les taches tenaces, même le sang. Que d’éloges : hypoallergénique, anti-bactérien, anti-odeurs, protège linge et machine, idéal pour bébés, prend soin des peaux les plus fragiles, zéro détergent, aucun produit chimique, approuvé scientifiquement...

C’est incroyable, c’est une révolution même, et moi-même j’y ai cru (un instant).

 

Mon goût trop prononcé pour les produits authentiques et le respect des matières naturelles brutes ont voulu en savoir plus sur ces boules si respectueuses de l’environnement.

 

C’est parti, voici mon premier ‘clash investigation’ !

QUE CONTIENNENT-ELLES ?

Boules_novaclean.png

Boule de lavage de la marque Navoclean

Il a déjà fallu savoir qui propose ces boules de lavage. Lorsque je tape « boules de lavage » sur les internets, je trouve des marques différentes : Navoclean, Hohonua, Rosenstein & Söhne, et la plus connue : Les Gargouilles, mais bien d’autres encore. D’ailleurs, Les Gargouilles ont une communication tellement forte et bien ciblée sur les réseaux sociaux que beaucoup de personnes appellent les boules de lavage « les gargouilles » et ne connaissent pas le vrai nom du produit.

Les écarts de prix sont assez frappants. De cinq à une vingtaine d’euros la boule. Pourquoi tant de différence sur un produit qui possède les mêmes propriétés ?

 

Je me laisse tenter par un explicatif pour comprendre le principe de fonctionnement. Les termes sont complexes et le vocabulaire scientifique technique : rayons infrarouges lointains (IRL), liaisons d’hydrogène, molécules d’eau, ions négatifs… Incroyable, ce sont des termes scientifiques complexes, c’est évident que ça doit fonctionner !

 

A priori, ce serait les billes de céramiques contenues dans la coque en plastique qui en seraient à l’origine, grâce à un mécanisme physico-chimique naturel : les billes de céramique émettent des IRL grâce au frottement entre elles. Avez-vous compris ? Si ce n’est pas le cas, c’est tout à fait normal. Ce vocabulaire scientifique est volontairement choisi pour nous ‘rassurer’ car nous avons confiance en la science. Tout de même, creusons un peu. J’ai quelques bases de physique de mes études précédentes qui refont surface.

 

Les IRL sont invisibles pour nous car hors du spectre de la lumière visible. Ce sont eux qui émettent la chaleur. L’été, lorsque vous êtes allongés sur l’herbe, en train de faire un bon roupillon, toute la chaleur que vous ressentez provient de ces rayons. Le soleil en émet, l’eau chaude, les plaques de cuisson, etc.

 

D’accord, mais alors si nous partons de ce principe physique, lorsque nous lançons une machine à laver (minimum 30°C jusqu’à 90°C), il faudrait que ces IRL soient supérieurs à ceux émis par la machine à laver pour voir une différence. Étrange non ?

 

Ensuite sur certains sites, on nous dit que “Ces rayons provoquent une agitation des molécules d’eau avec cassure des liaisons hydrogène des molécules d’eau et production d’ions négatifs ; on a une dispersion organisée en des groupes de molécules d’eau plus petits qui vont avoir une meilleure capacité de pénétration dans les fibres textiles et aboutir au détachement naturel de la saleté.” Beaucoup de termes techniques que personne ne comprend. Mais encore une fois, comme c’est la science qui parle, on fait confiance.

 

C’est super, j’ai maintenant des paillettes plein les yeux, et une belle chemise tachetée de vin à nettoyer. J’ai hâte de mettre ma machine en route avec toutes ces boules de lavage.

 

Mais avant de faire cet investissement non négligeable, je me penche sur la composition de ces billes de céramique. Après un petit temps de recherche, je tombe sur des billes de 3 couleurs différentes, qui ressemblent étrangement à celles contenues dans ces boules de lavage, dont la marque est Bijin. Elles proviennent du japon et « agissent en synergie pour optimiser, purifier et minéraliser l’eau courante » :

 

Voici leurs propriétés :

Céramiques  actives : riches en minéraux (fer,  magnésium,  sodium…), et augmentent le PH de l’eau pour la rendre ionique et alcaline. L’eau ionisée régénère et stimule l’activité du corps, diminue l’acidité et équilibre les fluides corporels. Leur faible conductivité électrique a une action antibactérienne sur l’eau. Action anti-oxydante : leur potentiel d’oxydoréduction (ORP) peut être réduit de 150mV en moyenne.

 

Céramiques à rayon infra rouge lointain (incroyable ! on retrouve la même propriété que dans le descriptif) : la céramique IRL change la structure électromagnétique de l’eau pour la rendre comparable à celle de l’eau présente dans le corps humain en créant des zones d’exclusion (cf; travail du Pr Gérald Pollack). L’énergie des ondes des rayons infrarouges lointains rétrécit les molécules d’eau et les rassemble, ce qui augmente leur capacité d’hydratation. L’eau est plus douce, la circulation sanguine est améliorée. Les IRL favorisent également l'élimination de plusieurs bactéries, virus, parasites et pathogènes présents dans l’eau. Est-ce qu’on utiliserait pas ces termes pour expliquer que la lessive est propre ?

 

Céramiques  adsorbantes : leur constitution extrêmement poreuse attire naturellement les particules toxiques présentes dans l’eau. Elles vont également agir sur le mauvais goût et les mauvaises odeurs. Est-ce qu’on utiliserait pas ces propriétés pour dire que le linge est débarrassé de toute odeur ?

 

Mais ces perles proposées par Bijin sont uniquement utilisées pour l’eau du robinet que l’on boit, pas pour laver le linge. Avons-nous un problème ? 

 

Je contacte la marque Bijin pour en savoir un peu. Leur réponse est formelle, il n’y a aucune preuve scientifique qui prouve l'efficacité détachante et lavante sur le linge. De plus bien que les billes de Nagano aient des propriétés antibactériennes, dynamisantes et changent le PH de l'eau, je doute que ces actions aient un effet sur le nettoyage des vêtements (il en faudrait beaucoup et au mieux, l'eau du linge serait purifiée mais les taches toujours présentes). 

 

Mon doute sur ces boules de lavage se confirme. Je fais une recherche sur les sites qui controversent ce produit, et ils sont tous unanimes : lorsque l’on creuse un peu le principe de fonctionnement, on se rend compte qu’il n’y a aucune logique.

 

Vous me direz “mais comment expliquez vous que les taches s’en aillent et que mon linge soit propre” ?

 

Votre linge est simplement mieux brassé avec les boules et cela est suffisant pour nettoyer un linge peu sale. Cependant, il n’y a aucune action détachante et lavante. Je peux vous assurer qu’un linge sale, des vêtements de bébé, des couches lavables ou des taches de sang ne seront pas aussi propres qu’avec une bonne lessive au savon de Marseille.